in

La peur de grossir

La peur de grossir - YouLevelUp

                                        La peur de grossir

                 La peur de grossir est un sentiment présent chez tous ceux qui combattent leur poids. Elle crée des mangeurs inquiets, et déclenche un facteur de stress redoutable tant il est invisible. La personne entretient alors un dialogue intérieur déstabilisant : « Si je ne perds pas ou si je grossis, je me sentirai mal dans mon corps ».

                 Pour d’autre dès que la barre fatidique d’un poids est franchi, passent d’un état de sérénité à un état de stress+++. N’avez-vous jamais entendu une amie dire : « tant que je ne dépasse pas 70 kilos, ça va !!! ».  Autrement dit 69 kg on est bon, pas de stress mais si la balance affiche 70 kg, c’est le début d’un schéma mental structuré par une attitude de contrôle !

I) Le poids n’est pas le mal

               Finalement le véritable problème n’est pas le poids mais l’idée que l’on se fait des conséquences de ce poids.

Beaucoup de situations de la vie quotidienne activent cet état de stress :

  • Se sentir serré dans ses vêtements
  • Regarder une émission sur la minceur ou l’obésité
  • Monter sur la balance
  • Passer devant un miroir
  • Prendre un kilo
  • Interpréter un regard etc….

             Ces situations banales vont à plus ou moins long terme maintenir un état d’alerte et de stress, spécifiquement chez les mangeurs inquiets par le fait de grossir.  Ils vont se charger de pensées négatives les rendant vulnérable face à l’alimentation. Chacun ira de son discours interne pour lutter contre la tentation.

            La frustration, l’état de guerre face aux kilos, la mise en place d’une restriction cognitive…. Tous ces éléments vont occuper une place centrale dans le quotidien de la personne qui finira tôt ou tard par chercher un peu de calme et de réconfort dans un repas doudou (excès, gourmandise, …).

            Tant que l’on considère le poids comme le problème et non comme un symptôme, le résultat sera ponctuel, éphémère et surtout répétitif (régime yoyo).

            Dans ce cas précis travailler sur les croyances est la meilleure chose à faire !

II) De quoi avez-vous peur ?

           Qu’est ce qui suscite cette peur de grossir, quelle est la racine de cette émotion, que se cache-t-il derrière elle ?

           Souvent quand on entame un processus de perte de poids, l’angle d’attaque est l’alimentation et l’activité physique. On oublie malheureusement que notre pensée régit nos comportement.

           Voici quelques idées de réflexion qui je l’espère vous aideront à y voir plus clair.

1-Quelles sont vos attentes ?

          Formuler par écrit ce que vous attendez vis-à-vis de votre perte de poids. Autorisez-vous à écrire, même les choses les plus folles. Si tout était possible indépendamment de toutes vos croyances :

  • Quelle personne seriez-vous ?
  • Que feriez-vous ?
  • Quelle serait votre attitude ? etc……

            Par ex J’aimerai améliorer ma condition physique pour gravir l’Everest. Ou alors simplement, être à l’aise dans mes vêtements etc… énumérez tout ce qui vous vient à l’esprit !!!

2-Quelles sont vos peurs ?

           Ensuite faite le même exercice en notant vos peurs. Si vous preniez du poids :

  • Que feriez-vous ou ne feriez plus ?
  • Quelle serait votre pire crainte ?
  • Quelle image auriez-vous de vous-même ?

          Là aussi n’hésitez pas à noter le plus de chose possible !!! Par ex : je culpabiliserais d’avoir repris ; les autres pourraient penser que je n’ai aucune volonté ; je vivrais cela comme un échec etc….

3-La réalité dans tout ça !

         Il est évident que s’alléger de quelques kilos dans une situation de surpoids et d’obésité ne peux qu’améliorer votre santé, votre aspect physique et vous apporter un mieux-être psychologique.

        Maintenant vous allez relever simplement les éléments liés concrètement au poids (par ex : le fait d’être essoufflé, d’avoir aucune endurance, peu de vitalité, une santé en dent de scie etc.) et ceux liés à l’idée que vous vous faites de votre poids (en lien souvent avec un manque de confiance en soi : la peur du jugement, le regard des autres sur vous. Par ex : j’ai peur de ne plus être aimé, d’être rejeté etc.). Ainsi vous constaterez combien vos pensées parasitent votre quotidien et entravent vos chances de réussite.

         L’idée est de définir un objectif minceur au plus près de la réalité, de désamorcer le discours intérieur à l’origine du flux d’émotions négatifs, d’éviter de craquer et tomber dans des compulsions qui n’auraient pas lieu si la pensée était claire.

 Définir le mal, c’est déjà lui accorder moins d’importance et donc beaucoup moins de stress !

Report

Ecrit par Aziza Najib

Qu'en pensez-vous ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loading…

0
Séance guidée : Retrouver énergie et motivation après une période compliquée - YouLevelUp

Séance guidée : Retrouver énergie et motivation après une période compliquée